Affiche de l'exposition Boris Vian

© Copyright Photo Ingi Paris / akg-images

Vidéos

Boris Vian : un écrivain passionné de jazz

Du 18 octobre 2011 au 15 janvier 2012, manuscrits, photos, extraits sonores et audiovisuels racontent à la Bibliothèque nationale de France à Paris le parcours de Boris Vian, écrivain et musicien passionné de jazz.

 

L'écrivain. Boris Vian (1920-1959), ingénieur diplômé de l'Ecole Centrale, choisit de se consacrer à ses deux passions : l'écriture et la musique. Il ne connaît le succès qu'après sa mort en particulier avec son roman L'Ecume des jours, devenu un classique.
La Bibliothèque nationale de France à Paris fait revivre, le temps d'une exposition, l'univers de cette figure du Saint Germain-des-Près de l'Après-guerre. A travers 200 pièces : des manuscrits, des lettres, des affiches de spectacle, des photos, pochettes de disques, tableaux, extraits sonores et audiovisuels, enrichies par un don des héritiers de Boris Vian.
Son oeuvre d'écrivain se décline sous les titres de J'irai cracher sur vos tombes, L'Arrache-coeur, L'Ecume des jours, Vercoquin et le plancton, L'Herbe rouge, Je voudrais pas crever ...
J'irais cracher sur vos tombes, son premier ouvrage publié sous un pseudonyme, prend la défense des noirs américains et fait scandale, lui valant un procès.
Usager de jeux de langages et esprit fantaisiste, Boris Vian fait la rencontre d'intellectuels et artistes comme Simone de Beauvoir et Jean Paul Sartre, Raymond Queneau, Juliette Greco, Jacques Prévert, et découvre l'univers de la « Pataphysique ».
En 1953, après l'échec de L'Arrache-coeur, il se tourne vers la chanson.

Le musicien. Passionné de jazz, il évoque dans L'Ecume des jours les grands musiciens des années 40 qui font l'objet de son admiration : Duke Ellington, Louis Armstrong, ou Sidney Bechet. Ingénieur le jour, Boris Vian anime la nuit les clubs de jazz de Saint Germain des Prés, en jouant de la trompette. Il entre dans le métier de parolier pour écrire les désormais connus On n'est pas là pour se faire engueuler ou Le déserteur. Il écrit aussi de nombreux articles dans des revues de jazz et devient même rédacteur en chef de la revue Jazz news. En 1955, il crée deux collections pour faire connaître ce genre musical chez Philips, où il est directeur artistique.
L'exposition retrace ce parcours aux facettes multiples, présentant également pour la première fois six tableaux de la main de l'écrivain.

 

Boris Vian
Du 18 octobre 2011 au 15 janvier 2012
A la Bibliothèque nationale de France

 

  • Illustration-Facebook
  • Illustration-Twitter
  • Illustration-Google+
  • send

© Ministère de la Culture et de la Communication